Rétention des notes : position des enseignants qui participent à cette action

mardi 3 avril 2007 par Rédaction

Lettre ouverte de l’intersyndicale du Second degré

CNGA, FEP-CFDT, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC-CSEN, SNLC-FAEN, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA EIL, SNFOLC, SNPEFP-CGT, SNUEP-FSU, SUD EDUCATION, SUNDEP, UNSEN-CGT
Adressée aux parents d’élèves

Madame, Monsieur
L’intersyndicale du second degré, qui regroupe la quasi totalité des organisations syndicales du secteur et qui représente plus de 99% des personnels, a pris la décision de s’adresser à l’ensemble des parents d’élèves des lycées et collèges.

Les enseignants sont en effet engagés dans un conflit majeur avec le Ministre de l’Education depuis maintenant plus de 6 mois.
Ce conflit s’est notamment traduit par deux grèves massivement suivies les 18 décembre et 8 février, par de très nombreuses manifestations à Paris et partout en France qui ont rassemblé au total des dizaines de milliers d’enseignants et par de multiples actions locales dans les établissements.

A l’origine de ce conflit se trouve un décret imposant de nouvelles obligations de service aux enseignants. Ce décret se traduira par une dégradation totalement injustifiée de la situation de près de 100 000 d’entre eux (augmentation de leur temps de service ou baisse de leur rémunération). Il se traduira aussi par une remise en cause de la qualité de l’enseignement et une détérioration des conditions d’exercice du métier avec la généralisation des affectations d’enseignants sur plusieurs disciplines (y compris des disciplines pour lesquelles ils n’auront pas eu une véritable formation) et sur plusieurs établissements.

Depuis 6 mois, le ministre G. de Robien n’a jamais voulu tenir le moindre compte de l’avis de l’intersyndicale et de la profession, manifesté de façon si unanime. Il n’a cessé au contraire d’afficher son mépris et son refus de tout vrai dialogue.

De plus le ministre a préparé une rentrée catastrophique pour le second degré puisque 5 000 postes vont être supprimés à la rentrée 2007 s’ajoutant aux 20 000 postes déjà supprimés depuis 2003. De nombreux établissements sont d’ailleurs actuellement mobilisés, souvent dans l’unité avec les parents d’élèves, contre les baisses de la dotation horaire globale et contre les suppressions de postes.

Le Ministre de l’Education et le Gouvernement portent l’entière responsabilité de la détérioration de la situation dans les établissements.

L’intersyndicale demande aux parents d’élèves de comprendre et de soutenir l’action des enseignants pour que soient entendues par le gouvernement actuel et le gouvernement futur les revendications qu’ils portent depuis des mois :

abrogation du décret sur les obligations de service ;

ouverture de discussions sur la prise en compte de la charge de travail des enseignants ;

rétablissement des postes supprimés à la rentrée 2007.
Paris, le 13 mars 2007

Position des enseignants du lycée Marguerite de Navarre

(modifiée le 05 avril à la demande des personnels)

Lettre aux parents de nos élèves.

Madame, Monsieur,

Depuis plusieurs mois, un conflit majeur nous oppose au Ministère de l’Education Nationale. Nous dénonçons la suppression de 5OOO postes d’enseignants à la rentrée 2007 dont 4 postes au Lycée Marguerite de Navarre. Un nouveau décret daté du 12 février 2007 remet en cause nos missions et notre statut. Il modifie les conditions d’attribution des heures de première chaire, supprime les heures de laboratoire nécessaires à la gestion et à la coordination, établit qu’un enseignant titulaire pourra en cas de besoin, compléter son service d’enseignement dans un ou deux autres établissements de la même commune ou non, et pourra être amené à enseigner une autre discipline que celle pour laquelle il a été formé. Non seulement, ce nouveau décret entraîne une détérioration des conditions de travail des enseignants mais génère aussi une dégradation de la qualité de l’enseignement dispensé à vos enfants.

De nombreux établissements, partout en France protestent contre cette nouvelle dérive de notre profession et de la formation de nos élèves. Tous réclament le rétablissement des postes supprimés (ce qui permettra d’abaisser les effectifs des classes), l’abrogation du décret, le renoncement à la bivalence (un enseignant pour deux disciplines)

Les enseignants du Lycée Marguerite de Navarre, syndiqués et non syndiqués réunis, vous demandent de comprendre et de soutenir leur action. Nous avons décidé de maintenir et de corriger les épreuves du Bac blanc mais de retenir les notes du troisième trimestre pour exprimer le maintien de nos revendications.

Venez nous retrouver le vendredi 06 avril à 18 heures en salle Rencontre pour mettre en place une action commune.


Nous suivre sur Twitter| Contact | Plan du site | En résumé | | ENT | Rechercher sur ce site | Mentions légales

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives | Site réalisé avec SPIP 3.1.1

Logo Académie Logo Région Centre